logo LMI 2018 MazarineAsiaPacifique

« Des sneakers comme Jay-Z » pour Emmaüs

Mazarine apporte son soutien au projet artistique et engagé « Des sneakers comme Jay-Z » pour Emmaüs.

Valérie Larrondo, directrice de la création chez Mazarine, et bénévole pour Emmaüs Solidarité, crée un projet artistique original et engagé dédié aux migrants.

 

A travers une cinquantaine de photographies, l’exposition intitulée « Des sneakers comme Jay-Z » témoigne de l’importance du vêtement pour les exilés. Les exilés ont été invités à choisir leurs vêtements, puis à poser devant l’objectif, pour témoigner du rôle que joue l’habillement, de l’influence qu’il a sur leur parcours.

Au centre de premier accueil Emmaüs de la porte de la Chapelle, à Paris, un soir d’hiver, Zaman – un jeune Afghan arrivé en bermuda et en tongs après avoir marché seize mois depuis Kaboul – a demandé, si par hasard, dans le tas de tennis usagées qui lui étaient présentées, il n’y aurait pas plutôt une paire de baskets « pas moches », des sneakers… comme celles de Jay-Z. Le projet est parti de là.

 

C’est sur cette question simple que l’exposition porte son regard. Quel rôle joue leurs vêtements ? Ces vêtements qu’ils portent et qui ont appartenus à d’autres. Ce qu’ils représentent pour eux. En quoi ils dénoncent, en quoi ils trahissent, en quoi ils protègent (et pas juste du froid et de la pluie). Afghans, Soudanais, Erythréens, Maliens, Guinéens,… la plupart de très jeunes hommes, chacun a choisi une tenue parmi les vêtements de seconde main proposés, chacun a ensuite pris le temps d’expliquer son choix. Pourquoi ces chaussures, pourquoi cette forme de pantalon, cette couleur de veste.

 

Puis deux photographes, Frédéric Delangle et Ambroise Tézenas, ont réalisé leur portrait. Une cinquantaine de photos « à la chambre ». Des moments intimes, parfois drôles, parfois graves.

Un film de 2’51’’ a été réalisé par Sylvain Martin pour présenter la démarche singulière de portraits sur la question des vêtements et de ce qu’ils représentent pour les exilés.

Un catalogue de 60 pages a également été réalisé au format tabloïd. Il est vendu 10 euros au profit d'Emmaüs Solidarité. 

 

 

News