logo LMI 2018 MazarineAsiaPacifique

Laure Prouvost au Studio des Acacias

Le Studio des Acacias accueille l’exposition You Are My Petrol, My Drive, My Dream, My Exhaust à l’occasion de la FIAC, du 19 octobre au 10 novembre 2018.

 

  • 1/56
  • Installation de « On Ira Loin », 2018 dans la Gallery du Studio des Acacias
    2/56
  • 3/56
  • 4/56
  • 5/56
  • Accrochage des « Reliques », 2016 dans la Gallery du Studio des Acacias
    6/56
  • « On Ira Loin », 2018 dans la Gallery du Studio des Acacias
    7/56
  • 8/56
  • 9/56
  • « Reliques n°7 et n°8 », 2016 dans la Gallery du Studio des Acacias
    10/56
  • 11/56
  • 12/56
  • « Relique n°6 », 2016 dans la Gallery du Studio des Acacias
    13/56
  • 14/56
  • Décrochage des « Reliques », 2016 et finition des « Reliques », 2018 dans la Gallery du Studio des Acacias
    15/56
  • 16/56
  • Installation des œuvres « We Will Go Far », 2015 et « Lick In The Past », 2016 au Studio des Acacias
    17/56
  • 18/56
  • 19/56
  • 20/56
  • 21/56
  • 22/56
  • 23/56
  • 24/56
  • 25/56
  • 26/56
  • 27/56
  • « We Will Go Far », 2015 au Studio des Acacias
    28/56
  • 29/56
  • 30/56
  • 31/56
  • 32/56
  • « Lick In The Past », 2016 au Studio des Acacias
    33/56
  • 34/56
  • 35/56
  • Démontage de « We Will Go Far », 2015 et « Lick In The Past », 2016
    36/56
  • Découpe de nouvelles reliques
    37/56
  • 38/56
  • 39/56
  • 40/56
  • 41/56
  • 42/56
  • Montage et accrochage de « Citizen Or God, Men Are Truly Stuck », 2018 au Studio des Acacias
    43/56
  • 44/56
  • 45/56
  • 46/56
  • 47/56
  • 48/56
  • « Citizen Or God, Men Are Truly Stuck », 2018 au Studio des Acacias
    49/56
  • 50/56
  • 51/56
  • 52/56
  • « Ideally This Wall Would Melt Under Your Gaze», 2015 au Studio des Acacias
    53/56
  • Déconstruction de la box « Citizen Or God, Men Are Truly Stuck », 2018
    54/56
  • 55/56
  • 56/56

Paul-Emmanuel Reiffers, fondateur du Studio des Acacias, Président de Mazarine Group et mécène, est heureux d’accueillir You are My Petrol, My Drive, My Dream, My Exhaust, au Studio des Acacias by Mazarine, une exposition de Laure Prouvost, représentée par les Galeries Nathalie Obadia à Paris et Bruxelles, Carlier I Gebauer à Berlin et Lisson à Londres et New York. 

 

Après avoir présenté Barbara Kruger et Benjamin Millepied, Mark Handforth, Rashid Johnson et Matthew Day Jackson, Mazarine s’engage aujourd’hui en faveur de la création française contemporaine en présentant l’oeuvre de Laure Prouvost. 

 

You are My Petrol, My Drive, My Dream, My Exhaust est née d’une collaboration entre la commissaire Martha Kirszenbaum et l’artiste, sélectionnée pour représenter la France à la Biennale de Venise 2019

 

Mêlant représentation du désir, onirisme et description fantasmée de la nature, les films immersifs, les installations, les dessins et les tapisseries de Laure Prouvost mettent en péril notre relation au langage et à la compréhension à travers l’intrication de narrations complexes et de moments surréalistes qui nourrissent son approche, inhabituelle, des conventions du cinéma et de l’image. L’artiste accorde une importance particulière au langage et à sa représentation, et maîtrise avec brio cette manière de jouer avec les mots, de les étirer, de les déconstruire avant de les assembler à nouveau et de les réinjecter dans le récit — ils sautillent et tourbillonnent, ils nous font un pied de nez et échappent à notre entendement. L’attention que Laure Prouvost porte à son environnement et aux éléments naturels et humains qui l’entourent fondent la matière première de sa pratique et de sa manière généreuse de filmer. Ses films n’existent pas sans l’univers qui les entoure et où, capturé avec métaphore et romantisme, l’invisible apparaît à nos yeux. Elle s’attache enfin à rendre visible les objets sans importance, ceux que le système de consommation qui régit nos vies quotidiennes a laissés aux oubliettes : les résidus, les détritus, les objets cassés ou dysfonctionnant, mal aimés.

 

You Are My Petrol, My Drive, My Dream, My Exhaust reprend les éléments produits par l’artiste pour ses expositions au Musée Départemental de Rochechouart (2015) et à Fahrenheit à Los Angeles (2016), révélant, par les divergences de leurs contextes, les deux faces d’une même médaille, et ce à travers un diptyque de vidéos présenté au travers d’une installation à base de résine, des objets tels que des reliques, une moto, un LED ou encore un bar à vodka évoquant les deux environnements, l’un rural et français, l’autre urbain et américain.

Laure Prouvost est née en 1978 à Croix-Lille (France). Elle vit et travaille entre Anvers (Belgique) et Londres (Royaume-Uni).

 

En 2019 elle bénéficiera d'une exposition personnelle au MuKHA d'Anvers et elle représentera la France à la 58ème Biennale internationale d’art de Venise.

Son oeuvre a récemment fait l’objet d’expositions personnelles internationales au Palais de Tokyo (2018), au Witte de With Rotterdam (2017), au SALT Galata Istanbul (2017), au Walker Art Center Minneapolis (2017), à la Fahrenheit by FLAX Los Angeles (2016), au Consortium de Dijon (2016), au MMK Frankfurt (2016), à la Kunstall Luzern (2016), au Hangar Biccoca Milan (2016), au Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart (2015), à la Haus der Kunst Munich (2015), au New Museum New York (2014), à la Whitechapel Gallery London (2013), à la Tate Britain London (2013), à la Biennale de Lyon (2013).

 

Laure Prouvost a notamment été lauréate du Turner Prize en 2013 et du Max Mara Prize for Women en 2011.

 

Son travail est présent dans des collections publiques et privées de renom, telles que le Hirshhorn Museum (USA), le MAC/VAL (France), The Arts Council (RU), la Kadist Foundation (France), le Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart (France), le New National Museum of Monaco, le Red Brick Art Museum (Chine), la Kunsthalle Luzern (Suisse).

 

 

Commissariat : Martha Kirszenbaum
Crédits : Courtesy de l’artiste et Galerie Nathalie Obadia, Paris/Bruxelles
Crédit portrait : Edouard Caupeil / Pasco and Co

News